La Kundalini

C'est dans l'os triangulaire du "Sacrum", situé à la base de la colonne vertébrale, que réside en nous la Kundalini. Cette extraordinaire énergie, lorsqu'elle est éveillée, s'élève le long de la colonne vertébrale et traverse tous les chakras du système subtil pour enfin ouvrir le dernier centre au sommet de notre tête, le "Sahasrara".

Nous obtenons ainsi la réalisation du Soi.

La Kundalini est le reflet de la Mère primordiale en nous. Elle est le pouvoir du pur désir. En traversant la fontanelle "petite fontaine" au sommet du crâne, elle actualise la Réalisation du Soi, la seconde naissance décrite dans toutes les traditions spirituelles. A cet instant, on ressent une brise fraîche à l'intérieur des paumes des mains et au sommet de la tête.

Les Grecs identifièrent cette énergie sous le nom de "Pneuma", l'Islam parle du "Ruh", le Christ l'a nommée "Souffle de l'Esprit". La mystique juive parle de la "Shekkina" et, bien avant, les Sumériens vénéraient Inanna, la déesse mère qui donne la naissance spirituelle et le souffle sacré. Il y a plusieurs millénaires, l'Inde parlait déjà de "Chaitanya" et du "Soi" que Sahaja Yoga traduit par "vibrations divines". La connaissance de l'existence de ces vibrations n'est pas nouvelle, mais elle s'est perdue ou a été déformée au cours des siècles.

Il existe dans la tradition hindoue une " énergie " appelée Kundalini, symbolisée par un serpent lové à la base de la colonne vertébrale, dont l’éveil puis l’ascension ouvre les centres qui sont répartis le long de l’axe du corps. Ayant atteint le dernier chakra situé au sommet du crâne, cette énergie éveille la conscience à une réalité supérieure.

Les pouvoirs (siddhis) que confère l’éveil de la Kundalini sont ceux que l’on retrouve chez les victimes d’une expérience de mort imminente (EMI) ou d’un " enlèvement extraterrestre " (RR4): précognition, télépathie, clairvoyance, don de guérison, psychokinèse, etc. " Mais plutôt que les pouvoirs extraordinaires acquis par son intermédiaire, les partisans mettent l’accent sur l’apaisement et l’harmonie vivante que la Kundalini confère. L’énergie mystérieuse qu’éveille le yoga de la Kundalini se révèle cependant d’une violence inouïe et ne peut être manipulée sans faire encourir un réel danger ". Les conséquences psychophysiologiques de l’éveil de la Kundalini constituent le " syndrome de la Kundalini " dont parle Kenneth Ring.

Description des symptômes de l’éveil de la Kundalini.

Symptômes sensoriels:

Fourmillements, vibrations ou sensation « d’énergie » localisées puis montant le long de la colonne vertébrale, redescendant ensuite dans la poitrine et l’abdomen, sensations orgasmiques (purement sexuelles ou se répandant parfois dans tous le corps), douleurs débutant et cessant brutalement, sensation de froid ou de chaleur dans diverses parties du corps, perception de sons divers, de lumière intérieure illuminant parfois le corps.

Symptômes moteurs :

Mouvements spontanés des mains et du corps, contractions involontaires (anus, abdomen et gorge), altération du rythme respiratoire, blocage ou paralysie soudaine de certaines parties du corps.

Symptômes psychologiques :

Joie ou extase soudaine, accès d’anxiété ou de dépression, accélération de la pensée, expansion de la conscience au-delà des limites corporelles."

A chaque partie du corps correspond, au niveau du cortex cérébral, une zone où l’influx nerveux se projette. Chaque partie du corps y est représentée en fonction de l’importance de son innervation et non de sa taille, ce qui explique que la main occupe une surface supérieure à celle du tronc. En avant de l’aire sensitive, sur l’autre versant de la scissure de Rolando, se situe l’aire motrice, où le corps est représenté de façon similaire. Si une stimulation directe (électrique par exemple) est appliquée sur l’aire du cortex correspondant à la main, elle sera perçue comme provenant de celle-ci. Au niveau de l’aire motrice, la même stimulation provoquera un mouvement du membre correspondant. On voit bien de quelle façon le corps est représenté : en remontant, on trouve la zone génitale, le membre inférieur, la hanche, le tronc, le bras et la main, la tête, la face puis le larynx et une zone correspondant aux sensations intra-abdominales.

Or, dans les expériences que nous venons d’évoquer, les sensations décrites suivent très exactement ce trajet. Itzhak Bentov avait le premier remarqué cette analogie. Les symptômes décrits semblent correspondre à un phénomène intéressant directement le cortex. On retrouve en effet en corrélation avec les phénomènes sensitifs (vibrations, picotements ou " énergie " montant jusqu’au crâne puis redescendant par la gorge et l’abdomen) des mouvements spontanés (décrits par la tradition yogique sous le nom de kriyas) pouvant aller de simples secousses ou tremblements jusqu’à des mouvements et des postures très précis des mains (mudra) et du corps (asanas), et à des perceptions sensorielles, comme si ce phénomène avait tendance à diffuser hors de l’aire sensitive. Il serait alors logique de supposer que les gestes (mudra), poses corporelles (asanas) et altération du rythme respiratoire (pranayama) que pratiquent les yogis résulteraient de l’observation, dans l’antiquité, d’" éveils " spontanés (dont ces phénomènes moteurs sont un des corollaires), leur reproduction étant censée, par réciprocité (l’effet devenant la cause), éveiller la Kundalini."

La force Kundalini.

Les deux formes énergétiques fondamentales les plus importantes sont assimilées par le centre coccygien et le centre coronal. Ces deux centres sont reliés par le Sushumnâ, dans lequel les «tiges» de tous les centres énergétiques sont ancrées pour y puiser leur force vitale. Il s’agit du canal par lequel monte la simili-force de la Kundalini qui s’y trouve «enroulée comme un serpent», depuis l’entrée du centre coccygien situé au bas de la colonne vertébrale.

Cette force de la Kundalini représente l’énergie cosmique appelée, dans la sagesse hindoue, «shakti» ou énergie féminine de Dieu. Cet aspect créateur de l’Essence divine est à l’origine de toute création.

Son opposé est l’aspect pur et sans forme du Flux Energétique Divin.

Chez la plupart des gens, une très faible partie seulement de la force de la Kundalini circule à travers le Sushumnâ. Plus cette énergie est mise en éveil par l’évolution de la conscience de l’Homme, plus son courant afflue dans le canal de la colonne vertébrale pour rendre, ainsi, plus actifs les différents chakras. Cette animation entraîne un agrandissement des centres énergétiques et une accélération de leurs fréquences. La force de la Kundalini apporte à chaque chakra cette vibration énergétique dont l’Homme a besoin au cours de son évolution pour pouvoir accéder à toutes les capacités et à toutes les forces actives sur les divers plans énergétiques et matériels de la Création afin de les intégrer dans sa vie.

Les limites dans lesquelles l’Homme permet à la force de la Kundalini de se développer, dépendent surtout de sa conscience des divers plans vitaux représentés par les chakras et du degré des blocages provoqués dans les chakras par le stress ou part son vécu non encore assimilée. Plus l’Homme est conscient, plus ses chakras sont ouverts et actifs et permettent un puissant accès à l’énergie propulsée par la Kundalini. Or, plus cette énergie est forte, plus les chakras deviennent actifs entraînant de nouveau l’élargissement de la conscience.

Il existe également une deuxième énergie, en plus de celle de la Kundalini. Elle s’écoule également à travers le canal « sushumnâ » de la colonne vertébrale, en direction des différents chakras. Il s’agit de l’énergie de l’Essence divine pure, de l’aspect immatériel de Dieu.

Elle pénètre par le chakra coronal et fait en sorte que l’Homme puisse reconnaître, dans toutes les phases de son existence, l’aspect immatériel de Dieu comme Source immuable à l’instigation de toute manifestation. Cette énergie est surtout destinée à dissoudre nos blocages situés dans les chakras.

En plus de « sushumnâ », deux autres canaux énergétiques appelés en sanscrit «Idâ» et «Pingalâ» jouent un rôle très important dans le système énergétique. La « pingalâ » est le véhicule de l’énergie solaire pleine d’ardeur et d’élan. Le point de départ de ce canal se situe à droite du 1er chakra pour aboutir au-dessus de la narine droite.

Quant à « Idâ », elle se caractérise par une énergie lunaire, calmante et rafraîchissante. Le point de départ de ce canal se trouve à gauche du premier chakra et son aboutissement prend fin dans la narine gauche. Pour se rendre du premier chakra aux narines, ces deux nadis tournent autour de la « sushumnâ ».

« L’idâ » et la « pingalâ » sont capables, par la respiration, de capter directement le prana de l’air et par l’expiration d’éliminer les toxines du corps. Avec la sushumnâ, ils représentent les trois canaux principaux du système énergétiques.

On peut traduire le terme sanscrit «prana» par «énergie absolu ».

Dans les contextes chinois et japonais, on parle de «chi» ou de  « ki» pour désigner cette forme universelle. Elle est à l’origine de toutes les formes énergétiques et se manifeste à travers des fréquences particulières selon les différents plans existentiels. Elle peut par exemple se manifester par la respiration, nous permettant, entre autres, d’assimiler le prana.

Dans le système énergétique humain, les chakras reçoivent, transforment et distribuent les différentes fréquences praniques. Les énergies vitales sont captées directement par les chakras ou à travers les nadis, lesquels puisent les énergies soit dans le corps énergétique subtil de l’Homme, soit dans son l’environnement, soit dans le cosmos ou encore dans toute source à l’origine de toute manifestation. Les chakras les transforment ensuite en fréquences nécessaires aux divers plans du corps physique ou du corps subtil, afin de les maintenir ou de les développer : la jonction entre les chakras et les différents corps s’effectue à travers les canaux énergétiques.

Dans le même temps, les chakras irradient l’énergie tout autour d’eux. Grâce à ce système énergétique, l’Homme peut communiquer avec les forces actives situées à tous les niveaux de son environnement, de l’univers et des sources de la Création. Les chakras sont en étroite corrélation avec les corps énergétiques.

Un brusque dérèglement de la fonction Kundalini peut entraîner, si non maîtrisée, la combustion spontanée du corps humain, les membres inférieurs le plus souvent.

Avez-vous jamais vu des sortes de lumières lorsque vous vous endormez, ou lorsque vous vous réveillez, ou même en méditation ?

Avez-vous jamais entendu d'étranges sons qui semblent se produire dans votre cerveau ? Avez-vous jamais senti des vagues ou d'étranges vibrations électriques traverser votre corps dans ces états?

Si oui, vous n'êtes pas le seul. De nombreuses personnes normales éprouvent de telles expériences lorsqu’elles s'endorment ou se réveillent. De nombreux méditants voient des lumières, entendent des sons ou ressentent aussi des vibrations. Ce qui peut aussi arriver à l'endormissement ou au réveil, c'est la paralysie. Il s'agit d'un état où il est impossible de bouger son corps. Lorsque cela se produit pendant l'endormissement ou au réveil, cela s'appelle paralysie du sommeil. Le gros problème, c'est que ces phénomènes peuvent être effrayants, même si l'on n'est pas pris par surprise.  Parfois, à la suite de cette paralysie, certains se sont sentis flotter au-dessus de leur corps ou dans leur chambre. Ils racontaient aussi que cette paralysie s'accompagnait de sensations de vibrations remontant ou descendant le long de leur dos. Parfois, certains ont senti une présence. Je suis horrifiée quand ils parlent de leur panique. Je ne peux que sympathiser avec eux, puisque je suis passée par cette même panique ! Quand les vibrations, dans la paralysie, me sont arrivées pour la première fois, j'ai seulement pensé que cela ressemblait à ce que j'avais observé chez les médiums quand ils incorporaient une entité spirituelle, et c'était tout ce que je savais sur les vibrations. J'étais terrorisée parce que je ne voulais pas qu'une entité étrangère pénètre dans mon corps !

Quand on ignore tout sur ces phénomènes, on peut poser beaucoup de questions qui dépendent de notre bagage. Encore ne demande-t-on que de l'information, c'est tout, sur ce phénomène naturel pour pouvoir, s'il ne nous réjouit pas, au moins comprendre et se détendre, pendant qu'il disparaît de lui-même. Ou jusqu'à ce que le phénomène se transforme et passe au stade suivant : le conscient pénétrant la situation onirique (rêve lucide), la sensation de séparation du corps (OBE), ou simplement le réveil. En relation avec la paralysie du sommeil, des situations excessives ou qui durent trop longtemps peuvent arriver, ou produire l'apnée du sommeil (arrêt respiratoire). C'est seulement alors que nous devons les considérer comme anormales. Ces états demandent d'être examinés par un médecin spécialiste des troubles du sommeil. Sinon, la paralysie, même très intense, est inoffensive et le commencement du rêve lucide ou de l'aventure OBE est, en général, un événement heureux.

Nous savons maintenant que ce sont des phénomènes communs, mais de quoi s'agit-il ? Les phénomènes lumineux sont-ils générés au hasard par le sommeil ou le cerveau au repos? Résultent-ils de l'activation et de la désactivation de circuits nerveux ? Cela peut être l'un ou l'autre, ou les deux. Toutefois, quand nous examinons les descriptions des yogis orientaux sur les manifestations caractéristiques de kundalini, nous sommes ahuris de découvrir qu'ils ressemblent aux sensations décrites ci-dessus. Ils parlent aussi de types de manifestations beaucoup plus élaborées, parfois avec des détails saisissants. Cela nous laisse émerveillés : Est-ce que beaucoup de fous, de désorientés mentaux, ne seraient pas seulement victimes de manifestations de Kundalini ? Ce peut être cela, ou non. Les problèmes mentaux peuvent avoir une origine précise dans certaines lésions du cerveau ou dans des conditions de mauvais fonctionnement.

Qu'est-ce que Kundalini ?

Les yogis orientaux présentent une description voilée de Kundalini, avec des images d'une déesse, la déesse Kundalini. Ils parlent aussi de centres d'action, les chakras, ou de courants qui coulent au travers de canaux qui sont soit droits (sushuma) soit entrelacés (ida et pingala) comme des serpents autour d'un mât, comme dans le caducée, le symbole bien connu de la médecine. Voici l'interprétation du yoga de la lumière, une traduction de l'ancien Hatha Yoga Pradipika, le texte sanscrit donnant la définition de Kundalini :

La force latente de plus haut potentiel repose en trois et une demie spires, comme le serpent dans le barattage de la mer de lait, dormant dans le centre le plus bas (muladhara chakra) au pied de 'l'arbre de vie", la colonne vertébrale. La puissance du serpent, Kundalini, ne peut pas être pleinement décrite, même par celui qui a réussi à l'éveiller. Quand il est éveillé, il se propage vivement au travers du corps comme un choc électrique et, tremblant et étonnée, la personne réalise qu'un événement puissant a pris place en elle. Ce n'est que le commencement. Tout le corps tremble. Il semble qu'une porte se soit ouverte, par laquelle un flot de lumière coule d'un monde inconnu, une lumière d'une incomparable brillance. Au bout d'un long temps, le tremblement du corps s'apaise, mais l'éclair de lumière montant dans la colonne vertébrale vers le sommet de la tête est inoubliable. Cet éclair de lumière n'est pas vraiment Kundalini, toutefois ; c'est un simple signe de son éveil. La Kundalini elle-même ne s'élance pas mais monte ensuite lentement, passant par toutes les stations (les chakras), chacun d'eux créant une nouvelle et puissante expérience.

D'un point de vue moderne, nous pouvons inférer une explication possible des manifestations de Kundalini, des canaux et des chakras, par le fonctionnement du cerveau et du système nerveux au travers du corps. Y a-t-il une relation entre la position de certains relais nerveux dans la corde spinale, et la position orientale donnée pour les chakras ? Pendant que je suivais mes cours de neuro anatomie fonctionnelle, j'ai soigneusement cherché quelque chose qui aurait pu m'éclairer sur ce point, mais sans succès! Toutefois, quand on lit les descriptions orientales de Kundalini, on ne peut obtenir qu'un aperçu sur l'immensité de la différence culturelle entre l'orient et l'occident.

Parlons maintenant d'un thème également relié à la philosophie orientale, tout comme à la question de Kundalini : la méditation.

Méditation

Ma propre expérience de la méditation n'est pas exceptionnelle, en dehors du processus de préparation au sommeil en prenant conscience de soi, ce que l'on peut considérer comme un processus similaire. Toutefois, par la littérature et par les gens que je connais et qui pratiquent la méditation, j'ai entendu parler d'expériences comparables de lumières, sons et vibrations. La littérature comporte peu d'ouvrages modernes décrivant ces expériences. L'un d'eux, de Gopi Krishna, Vivre avec Kundalini est le récit d'un éveil spectaculaire de Kundalini, survenu pendant qu'il était en méditation.

Voici la description de sa première expérience, tandis qu'il faisait l'une de ses séances régulières de méditation : Pendant une période d'intense concentration (sur un lotus brillant), j'ai soudain eu une étrange sensation en dessous de la base de l'épine dorsale, à l'endroit qui touche le siège... La sensation est montée, croissant en intensité... Soudain, avec un grondement comme celui d'une chute d'eau, j'ai senti un torrent de lumière liquide pénétrer mon cerveau au travers de la moelle épinière... L'illumination devenait de plus en plus brillante, le grondement plus retentissant. J'ai eu une sensation de balancement, et je me suis senti glisser hors de mon corps, entièrement enveloppé dans un halo de lumière.

Aussi, cela renforce le fait que comme Gopi Krishna et autres visualisations, par les méditants, d'un lotus lumineux, la visualisation de lumières peut aussi amener au phénomène lumineux. Ma propre expérience a aussi démontré que rejouer d'autres mémoires d'événements, comme des mouvements, appelle également des réponses similaires pendant la relaxation profonde ou sur le seuil sommeil/éveil.

S'endormir, pendant qu'on est conscient

Décrivons les conditions nécessaires qui permettent d'attendre le début du sommeil avec un effort intentionnel pour atteindre l'état de rêve au-delà de l'endormissement sans perdre conscience. (Notons que tout cela peut se faire aussi bien accidentellement, et c'est là où les surprises arrivent) Ces conditions se ramènent à une relaxation profonde, mais avec quelque activité mentale pour prendre conscience.

Personnellement je me mets à exécuter des exercices cérébraux, j'utilise des sensations de mouvements sans imagerie, en sentant seulement ces mouvements.

Nous devons ensuite chercher les hallucinations hypnagogiques (les visions que l'on a pendant l'endormissement) d'un type quelconque, bribes de rêve, images. Ou ces étranges sons, lumières et vibrations.

Ou la sensation de flotter, ou d'être soudain repoussé hors de son corps physique. Cette dernière sensation est extraordinaire parce que vous vous sentez sortir comme si vous étiez repoussé. Toutes ces sensations peuvent apparaître de manière indépendante ou mêlées ensemble. Parfois, on peut aussi avoir la sensation de flotter dans l'eau, où les vagues produisent de légers mouvements de balancement, de roulis et de tangage.

La technique n'a pas d'importance. Il s'agit, en atteignant la relaxation profonde en conscience, d'arriver au point où un sifflement ou un bruissement peut se faire entendre, les yeux se tournent vers le haut ou font de lents mouvements. Une lumière, quelque part centrée en haut, latérale, ou même mouvante, peut apparaître et étinceler comme un point lumineux dans votre champ visuel. Où peut survenir une image en relation avec la lumière, comme des flammes, des bougies, qui se transformeraient en une source de lumière intense.

Entre temps, nous pouvons être amenés à une pleine conscience de veille, due à la surprise et à la bizarrerie du phénomène... ou pas!

Nous pourrions être déjà dans la situation de paralysie où notre corps est incapable de se mouvoir. Nous pouvons déjà sortir de notre corps (OBE) ou simplement entrer dans un rêve. Nous sortons de notre corps par l'impulsion d'un mouvement de montée, comme si nous nous soulevions du lit. Ce ne sera que hors de notre corps !

Laissant de côté toute explication physique, psychique ou spirituelle, je décrirai ces phénomènes plus en détail...

Lumières

Les lumières ne sont pas toujours d'un seul type, comme nous l'avons noté plus haut. Ce peut être un point, par exemple, et si vous êtes capable de fixer votre attention dessus, il peut s'ouvrir, d'une certaine manière, rayonné en brillant. Les lumières peuvent aussi apparaître déjà brillantes. Elles peuvent apparaître comme des images, avec de petits rêves issus de votre imagerie hypnagogique.

Elles peuvent apparaître comme une lune ronde se levant au-dessus de l'horizon, ou comme le soleil levant, et il peut être rouge, ou jaune foncé, ou parfois seulement entièrement blanc. Les lumières peuvent apparaître aussi comme une illumination soudaine, bizarrement suivie d'un bruit de craquement comme celui d'une étincelle électrique. D'autres fois, les lumières apparaissent comme des flammes de feu, petites ou étendues.

J'ai aussi trouvé des cas où les lumières ressemblaient à l'ouverture d'un éventail dans un arc en ciel de couleurs, comme dans l'une des expériences décrites ci-dessus.

J'ai eu des cas bizarres où la lumière ressemblait à un écran de TV, bleuâtre et comme vibrant. Les lumières peuvent, par exemple, n'être que l'image d'une simple bougie qui, comme mentionné plus haut, se transforme en une lumière brillant intensément ! Les variantes sont innombrables.

Parfois ces lumières sont perceptibles en fermant les yeux sous la forme de fenêtres de différentes couleurs.

J'ai aussi entendu des chamanes d’Amazonie suggérer que ces lumières pourraient être une expérience de vision spirituelle d'esprits de lumière. Ils avaient l'habitude de voir des esprits de lumière et leur suggestion doit être considérée comme une possibilité, surtout s'ils s'accompagnent d'un type quelconque de communication.

Les vibrations, comme les sons et les lumières, présentent aussi une grande variété et nous pouvons observer certaines d'entre elles plus souvent que d'autres. Il existe des vibrations qui sont très électriques et qui donnent même l'impression d'être quelque chose de douloureux. Je les considère comme le type dur et je crois que c'est le type qui effraie d'ordinaire les sujets non avertis. Les vibrations semblent varier en amplitude et en fréquence. Elles peuvent être intenses ou douces. Toutefois, on pense en général que les vibrations accompagnent l'expérience OBE. D'autres, y compris moi, pensent que c'est seulement une caractéristique d'un début d'OBE.

Les OBE aussi se présentent de plusieurs façons, avec ou sans vibrations.

Paralysie

De nombreux récits de paralysie comprennent aussi des descriptions de vibrations. Nous devons seulement comprendre que les vibrations surviennent avec ou sans paralysie, tout comme la paralysie peut se produire sans vibrations. Les cas où ces dernières se manifestent, par exemple, ce sont les situations où nous croyons être revenus dans notre corps, donc entraînant la confusion alors que nous ne sommes pas réellement réveillés. Où nous entrons dans un faux éveil où nous croyons que nous nous sommes levés du lit... Les pratiquants d'OBE expérimentés, qui sont capables d'arrêter les situations de faux éveil, suggèrent de penser fortement à bouger au moins un doigt, et c'est une bonne technique pour commencer à bouger le corps et sortir progressivement de la paralysie. Quelqu'un qui ressent une paralysie et qui ne connaît rien de ces phénomènes peut en être intensément effrayé. D'autre part, les images hypnagogiques ou hypnopompiques qui peuvent être présentes à ce stade, si la personne est en train de s'endormir ou de se réveiller, peuvent devenir un théâtre de torture élaboré, avec des personnages effrayants. Il existe des contes folkloriques de démons, comme des contes de succubes ou d'incubes apparaissant dans ces circonstances, avec la personne à la merci de ces rêves affreux.

Toutefois, avec un petit effort et de la persévérance, n'importe qui serait capable de sortir d'une telle situation inconfortable. Il s'agit de rêves générés par l'esprit subconscient, peut-être pour justifier une inconfortable situation de paralysie et de vibrations.

Développement de perceptions extrasensorielles

On a suggéré que la montée, ou l'éveil, de Kundalini pourrait être responsable du développement de capacités extrasensorielles. C'est une question importante quand nous observons que, dans les expériences décrites par les pratiquants de l'OBE, ils mentionnent fréquemment des cas de perceptions extrasensorielles. Par exemple, lors de mon travail de visualisation, je perçois des paysages ou des scènes dans d’autres dimensions. Alors je ressens dans mes sens, des odeurs et des bruits et parfois comme une présence qui se forme dans mon esprit comme une vision. 

Le champ de vision correspond alors exactement à mes perceptions.

Toutefois nous ne pouvons connaître les éléments spécifiques de ces processus : où et comment. Présentement, nous n'avons pas de réponse scientifique à cela, car le développement de notre connaissance du cerveau et du système nerveux est encore insuffisant. En dépit de la somme impressionnante de ce que nous avons déjà réalisé dans le champ de la recherche académique, malheureusement, on n'en sait pas assez pour répondre même aux questions fondamentales comme les causes de la maladie d'Altzheimer, comment l'arrêter ou la soigner. On en sait davantage sur d'autres processus, bien qu'il reste encore un long chemin pour être à même de répondre à toutes les questions que nous nous posons sur le cerveau, le système nerveux et leurs processus. Et les manifestations de Kundalini font partie des questions qui n'intéressent pas spécifiquement les chercheurs, en raison de leur relation avec la philosophie religieuse. D'un autre côté, ces phénomènes ne sont pas seulement très complexes, mais mal compris, même dans leur description fondamentale. Pendant ce temps, nous pouvons admettre d'autres points de vue ou conjectures.

Gopi Krishna insiste dans ses écrits sur le fait que Kundalini, en parvenant au cerveau, après être montée en flot par le canal Sushuma (ou par les canaux pingalâ ou idâ) depuis son lieu de sommeil à la base de la moelle épinière (nommée chakra racine dans le Yoga), stimulera à la fois le cerveau physique et le cerveau non physique. Et que Kundalini, dans son trajet vers le cerveau, stimulera les nerfs et les cellules du corps physique aussi bien que tous les centres d'énergie. Il suggère qu'une Kundalini active pourrait être responsable du génie chez beaucoup de gens. Mais que de nombreux fous en hôpital pourraient être victimes d'un développement de Kundalini qui a mal tourné ou qui a été complétement mésinterprété.

Après étude des lumières, sons et vibrations, et du soudain développement des perceptions extrasensorielles, le tout relié à l'état profond de relaxation et d'attention pendant la méditation, ou aux événements de conscience pendant l'endormissement ou le réveil, il est facile de suspecter une relation entre Kundalini et ces manifestations énergétiques. Comprendre et connaître ce qu'il faut ou ne pas faire à ce propos pourrait être une importante question.

Toutefois, actuellement, il n'existe guère d'information sur ce point. Je ne suis pas sûre des respirations et des postures yogique. Leurs objectifs semblent être dirigés vers la stimulation des principaux chakras et j'ai entendu parler de certaines écoles de yoga ayant des problèmes pour gérer les manifestations de Kundalini quand elles arrivent spontanément pendant les mouvements yogique ou la méditation.

Il existe une proposition selon laquelle les OBE dépendent de nos énergies. En ce cas, les pratiquants de l'OBE pourraient donner des suggestions salutaires. Je crois qu'ils ont le mérite d'essayer, et que leur connaissance provient de leurs attentes personnelles et de leurs succès.

Conclusion

Peut-on expliquer vraiment ces phénomènes de lumières et de sons comme de simples nerfs activés ou désactivés par le cerveau quand nous approchons le seuil entre sommeil et état de veille ? Ou par l'énergie de Kundalini ? Ou peut-être par les propriétés électriques d'un corps éthérique qui se déconnecte du corps physique dans les OBE ? Ou... est-ce que ce sont uniquement des hallucinations de l'état hypnagogique ou hypnopompique ?

Pourtant par ma propre expérience, l’évolution énergétique se traduisant par les sensations dans la moelle épinière, doivent être fait avec beaucoup de précaution et surtout un travail quotidien fait de méditation et de respiration sacrée. L’activation et la vitalisation des chakras doit se faire progressivement pas à pas. Il faut d’abord avoir la capacité d’activité et de ressentir chacun des chakras indépendamment l’un de l’autre.

Il faut commencer par une bonne mise à la terre. Puis retrouver notre enfant intérieur et doucement faire évoluer notre énergie intérieur et notre contact avec les mondes supérieurs.

 


Date de dernière mise à jour : 02/08/2012