L’ÉTAT DE CONSCIENCE ORDINAIRE

Notre état de conscience ordinaire est un outil, une structure, un mécanisme d'intégration qui nous permet d'interagir avec une certaine réalité sociale acceptée – un consensus de réalité.

Pour vous éclairer, voyons d'abord ce qu'est un ECO, un État de conscience ordinaire.

Un ECO, c'est l'état de conscience dans lequel vous êtes d'habitude, dans votre quotidien. C'est votre état de veille, celui dans lequel vous vaquez à vos occupations journalières pour travailler, vous adapter à votre environnement, « fonctionner » rationnellement avec votre « raison raisonnante », résoudre les problèmes que pose la vie et répondre aux choses et aux événements usuels. Un ECO est soumis aux croyances en ce qui est la réalité, la logique et la causalité, telles qu'elles sont acceptées par votre culture : au consensus de réalité auquel vous adhérez.

L’ECO, c'est un état que nous connaissons tous, tous les jours, et sur la plus grande partie de la journée. On y mange, on y parle, ou y travaille, on s'y déplace. Mais on n'y dort pas, on n'y rêve pas : car sommeil et rêve correspondent à certains types d'ENOCs – et il est bien évident que dans sommeil et rêve, nous ne sommes pas dans des états ordinaires de conscience 1 marqués par le rationnel.

En effet, dans le sommeil, la conscience, dans son sens habituel de moyen d'être conscient de soi et de son existence, n'est guère activée.

Et dans le rêve où l'on est en général plus ou moins conscient de soi, tout est possible, plastique, modulable : la conscience accepte sans réserve tous les contenus, tous les scénarios, hors de la logique banale. La conscience est alors dans un autre plan, dans un état modifié par rapport à l'ECO – dans un état non ordinaire de conscience.

Vous souvenez-vous du déroulement de votre journée d'hier ? Oui ? Non ? Peut-être vous faut-il faire un effort de mémoire pour retrouver quelque chose de votre vécu d'hier ?

Si c'est bien le cas, cela signifie que vous étiez dans un ECO, hier : vous avez fait les choses au fur et à mesure, sans ressentir rien de saillant – ni jouissance aiguë, ni exaltation, ni « Eurêka ». Vous n'avez pas été étonné, ni interdit, ni interloqué. Vous n'êtes pas allé au top-niveau de vos possibilités, vous n'avez rien découvert, vous n'avez que peu créé. Vous avez juste vécu une journée, dans le défilé des jours qui se suivent et se ressemblent pour le non-souvenir qu'il en reste. Vous vous êtes peut-être agité, énervé ; vous avez certainement mangé et bu, travaillé, fait votre toilette et choisi vos vêtements. Vous avez répondu quand on vous parlait, embrassé vos enfants ; vous avez donné des instructions, éventuellement signé des papiers et lu votre journal. Vous vous êtes couché, vous avez encore pensé à certaines choses pour le lendemain...

Vous le voyez, ce qui caractérise un ECO :

· C'est ce qu'il est : plutôt neutre, usuel, banal. Il est orienté sur l'extérieur de vous-même ; il vous permet d’être intelligible pour autrui ; il est « dicible »; il vous maintient dans le cadre de ce qui est un comportement « normal » pour votre société ;

· Et ce qu'il n'est pas : il n'est pas caractérisé par des aspects psychologiques et mentaux non-habituels tels que exaltation, jouissance, concentration, créativité, implication, découverte (et vous le verrez plus loin, dans certains cas : pouvoirs). Il est orienté sur l'intérieur de vous-même ; il est souvent plus difficilement explicable à autrui : plus indicible.

Mais, les ENOCs, eux, peuvent ouvrir à tout cela : enthousiasme, trouvailles, pouvoirs. Ils permettent l'accès à autre chose que le monde ordinaire – et même parfois avec quelque chose qui est ressenti de l'ordre d'un transcendant...

Aboutir à cela est si désirable que toutes les cultures humaines ont cherché des moyens pour y parvenir. Elles ont mis au point des techniques et des méthodes et elles nous les ont transmises à travers les peintures rupestres, la tradition orale, les mythes et les rites, la statuaire, les structures des sanctuaires, les symboles des contes, les enseignements ésotériques...

Ces techniques, ces méthodes, visent toutes à « fasciner » la conscience ordinaire, à la mettre en veilleuse, de manière à ce qu'un ENOC puisse se manifester. Oui, ce qui brouille l'ENOC, ce qui l'empêche de se manifester, c'est bien le barrage que fait l'ECO. Aussi, il nous faut apprendre à entrer dans un ENOC. Car, à part le sommeil et le rêve, qui sont des ENOCs sur lesquels on n'a spontanément que peu de contrôle, l'accès à des ENOCs est le plus souvent lié à un entraînement volontaire utilisant certaines techniques ou à une démarche initiatique auprès d'un chaman, par exemple.

Il n'est, bien sûr, pas question ici de diminuer l'intérêt – et même l'aspect indispensable – de l'ECO. Je ne veux nullement prôner la permanence d'ENOC chez qui que ce soit : on toucherait là à la pathologie. Car la vie, c'est nécessairement aussi le struggle for life et le quotidien banal. L'ECO a son utilité, il porte l'attention sur le monde extérieur tel qu'il apparaît, il permet d'assumer, d'agir dans l'usuel. Il correspond au plan d'existence matériel : il faut se nourrir et pourvoir aux divers autres besoins entretenant la vie biologique – et il n'est nul besoin d'ENOC pour cela. L'ECO assure aussi la communication avec autrui par le vecteur des mots, des concepts (« de ma bouche à ton oreille » mais pas « de mon âme à ton âme » – ce qui serait la communication en ENOC).

L'ECO est le niveau de la compréhension intellectuelle des choses, mais pas celui de la connaissance intuitive, spontanée, globale, qui relève d'un ENOC.

Après l’illumination, la lessive. / Parole zen

Même les « spécialistes » des ENOCs, chamans, guérisseurs, mages, mystiques, méditants, ne restent jamais de façon permanente en ENOC. Il y a un temps pour tout – et c'est très bien ainsi.

Donc, ne vous méprenez pas : les ENOCs ne doivent pas servir à fuir la vie, l'action et les contraintes et nécessités !

Mais :

· Ils vous amèneront à être plus riche de possibilités, plus équilibré, plus épanoui, plus fort, plus actif, plus sain et plus heureux

· Ils vous montreront d'autres facettes de la vie et de vous-même

· Ils ouvriront votre esprit, ils augmenteront vos pouvoirs, vos savoirs

· Ils vous aideront sans doute aussi à mieux comprendre, à aimer et à respecter la Vie – la vôtre et celle de tout ce qui vit sur notre belle Terre...

L’ÉTAT NON ORDINAIRE DE CONSCIENCE

LES UTILISATEURS DES ENOCS

Date de dernière mise à jour : 28/07/2012