La Première race Touranienne

Condensé du livre de W. SCOTT-ELLIOT

Ces quatre sous races, bien que très différentes les unes des autres soient appelés race « jaunes » ou cette couleur peut en effet assez bien définir le teint des Touraniens et des Mongols. Les Sémites et aux Akkadiens, ils avaient plutôt le teint blanc.
Les Touraniens, qui forme la quatrième sous race, étaient originaires de la côte orientale du continent, au sud des contrées montagneuses habitées par le peuple Tlavatli.
Cet endroit est indiqué sur la cartes 1 par le numéro quatre. Les Touraniens étaient des colons venus aux temps les plus reculé ; et un grand nombre d'entre eux émigrèrent vers les contrées situées à l'orient de l'Atlantide. Ils ne dominèrent jamais sur le continent, bien que quelques-unes de leurs tribus et quelques familles de cette trace soient devenues très puissantes.
Les grandes régions centrales du continent situé à l'ouest et au sud de la contrée montagneuse habitée par les Tlavatlis n'était pas leur domaine exclusif, car il partageait ces contrées avec les Toltèques.
On parlera plus des curieux essais politiques et sociaux tentés par sa trace. 
Il semble que les tendances de la race touranienne l'ait portée à développer une sorte de système féodal. Chaque chef d'exercer le pouvoir suprême sous son propre territoire et le roi n'était que le primus inter pares. Les chefs qui formaient le conseil massacrèrent parfois leur roi pour mettre sa place un de leurs. C'était une race turbulente et indisciplinée, en même temps que brutale et cruelle ; le fait que des régiments de femmes prirent part à la guerre à certaines périodes de leur histoire caractérisent leur état de barbarie.
Mais l'expérience la plus intéressante faite par cette race au point de vue social, expérience qui, en dépit de son origine politique, trouverait plus naturellement sa place sous la rubrique « mœurs et coutumes », est le fait le plus curieux qui se rencontre dans leurs annales. Étant toujours battu dans leur quête avec les Toltèques, leurs voisins, qui les surpassait en nombre, et désireux, avant tout, de voir augmenter leur population, les touraniens édictèrent une loi, d'après laquelle tout homme était délivré de l'obligation d'entretenir sa famille. L'état prenait les enfants à charge et ceci était regardé comme lui appartenant. Cette loi eut pour résultat de remonter le nombre des naissances parmi les Touraniens et l'on commença à s'écarter du mariage ; puis les liens de la famille disparurent naturellement, de même que l'affection des parents. Enfin, ayant reconnu que ce système était une erreur, on l'abandonna.
D'autres recherches vers des solutions sociales aux problèmes économiques qui nous préoccupent encore aujourd'hui furent tentées et abandonnées par cette race.

A suivre: Les races Sémite, Akkadienne et Mongole

Date de dernière mise à jour : 28/01/2012