La race Rmoahal

Condensé du livre de W. SCOTT-ELLIOT

 

L'époque représentée par la carte n°1 (dans Géographie), nous montre la surface de la terre, comme elle existait il y a environ un million d'années ; mais la race Rmoahal apparut, il y a peu près 4 ou 5 millions d'années. À cette époque, une grande partie du grand continent méridional de la Lémurie existait encore, tandis que le continent Atlantide n'avait pas encore atteint les dimensions qu'il atteignit plus tard. C'est sur un des contreforts de Lémurie que naquit la race Rmoahal. Cette contrée peut-être approximativement délimitée par le septième degré de latitude nord et les cinquième degrés de longitude ouest, tous ceux qui, sur un atlas modernes, correspond aux rivages du pays des Archantis.
C'est une contrée chaude et humide, peuplée d'énormes animaux antédiluviens qui habitaient de profond marécage et de sombres forêts, dont on retrouve des restes fossiles, de nos jours, dans les carrières de houille. Les Rmoahals était une race au teint foncé d'un brun d'acajou ; leur taille, dans ces temps primitifs, était de 10 à 12 pieds environ, une race de géant, en vérité ; mais, au cours des siècles, leur stature diminua, ainsi qu'il arrive d'ailleurs pour tous les autres races ; et plus tard, on la trouve descendu jusqu’à la dimension de « l'homme de Furfooz ». Il ‘installèrent finalement sur les côtes méridionales de l'Atlantide, où il guerroyait sans cesse contre la sixième et la septième sous race des Lémuriens, qui habitait alors la contrée. Une grande partie de la tribu se dirigea, plus tard vers le nord, tandis que les autres s'installèrent définitivement et ce croisèrent avec la race noire des lémuriens. Il en résulta qu'à l'époque dont nous parlons, - époque qui correspond à la première carte, - il ne restait plus de race pure dans le sud ; et, ainsi que nous le verrons plus tard, c'est parmi ces races noire, habitant les provinces équatoriales et l'extrême sud du continent, que les conquérants Toltèques recrutèrent plus tard leurs esclaves.
Les survivants de la race Rmoahal cependant gagnèrent les promontoires nord-ouest, contigus à l'Islande, et ils demeurèrent dans cette contrée pendant des générations innombrables ; leur teint s'éclaircit alors graduellement, et à l'époque qui correspond à peu près à la première carte, cette race apparaît relativement belle. Plus tard, leurs descendants devinrent - au moins nominalement - sujet des rois sémites.
De ceux qui habitèrent cette contrée pendant plusieurs générations, il ne s'ensuit pas qu'ils vécurent toujours paisibles, car la force des circonstances les obligea, à différentes reprises, de reculer vers le sud. Le froid des époques glaciaire agit sur cette race tout autant, naturellement, que sur les autres.
Mais les quelques mots que nous ayons à dire sur ce sujet trouveront précisément leur place ici.
Sans approfondir la question des différents mouvements de rotations particulières à notre globe et des variations qui surviennent dans l'excentricité de son orbite, variations qui sont souvent considérées comme les causes des périodes glaciaires, il est un fait - reconnu déjà par quelques astronomes - c'est qu'une période glaciaire, de plus courte durée, se reproduit tous les 30 000 ans. Mais dans l'histoire de l'Atlantide il y eut en outre deux époques, pendant laquelle la ceinture de glace dévaste non seulement les régions du nord, mais envahit encore le continent tout entier, forçant tous les êtres vivants à émigrer vers les contrées équatoriales.
La première de ces migrations eut lieu à l'époque des Rmoahal il y a environ 3 millions d'années, tandis que la seconde il y eut lieu au temps des Toltèques, il y a environ 850 000 ans.
Au sujet des époques glaciaires, il faut remarquer que, bien que les habitants des contrées septentrionales furent obligés pendant l'hiver de s'établir plus au sud, loin de la ceinture de glace, ils pouvaient pendant l'été, revenir dans certaines contrées où ils s'occupaient de la chasse jusqu'au moment où, refoulés par l'approche de l'hiver, il retournait de nouveaux vers le sud.

C'est pourquoi, en constatant que la première sous race développa sous les auspices du gouvernement le plus parfait que l'on puisse concevoir, on doit comprendre que cela lui fut donné à cause des besoins de son assurance, et que ce ne fut pas là le résultat des expériences de l'âge mûr. Car les Rmoahals étaient incapables de ne développer aucun plan de gouvernement stable ; ils n'atteignirent jamais non plus un point de développement aussi élevé que la sixième et la septième sous race des lémuriens.
Mais le Manou qui avait effectué la sélection, et qui s'était incarnée dans la race, la dirigée comme un roi ; et, lorsqu'il ne prenait plus une part visible dans le gouvernement de la race, des Adeptes ou Instructeurs divins étaient envoyés vers la communauté naissante, lorsque cela était nécessaire.
Ainsi que les étudiants de la théosophie le savent, notre humanité n'avait pas alors atteint le degré de développement auquel correspond l'apparition des Adeptes complètement initiés. Aussi les instructeurs mentionnés plus hauts, y compris le Manou lui-même, étaient-il nécessairement le produit de l'évolution d'autres systèmes planétaires.

A suivre: La race Tlavatli

Date de dernière mise à jour : 28/01/2012