Les races Sémite, Akkadienne et Mongole

Condensé du livre de W. SCOTT-ELLIOT

La race Sémite primitive.


En ce qui concerne la race sémite primitive ou cinquième sous race, les ethnologues ont été quelque peu déconcertés, ce qui est très compréhensible étant donné la complète insuffisance des dates sur lequel ils se basent. Cette sous race était originaire de la contrée montagneuse qui formait la partie méridionale des deux presqu'îles nord-est, et qui, ainsi que nous l'avons vu, est représenté actuellement par l'Écosse, l'Irlande et quelques-unes des mers environnantes. L'endroit est désigné par le numéro cinq sous la carte du nord 1.
Dans cette partie la moins agréable du grand continent, la race développa et fleurit pendant des siècles en maintenant son indépendance contre les rois belliqueux du sud jusqu'au moment où, à son tour elle se répandit au dehors et forma des colonies.
Il ne faut pas oublier que des centaines de Milles ans s'étaient écoulées pendant que se développait la puissance des sémites et que l'époque indiquée par la deuxième carte avait été atteinte. C'était une race inquiète et turbulente, continuellement en guerre avec ses voisins, et surtout avec la puissance alors grandissante des Akkadiens.
Les Sémites primitifs, race querelleuse, maraudeuse et énergique, tendirent toujours vers une forme de gouvernement patriarcale. Leurs colons, qui généralement gardaient un genre de vie normale, formèrent un empire considérable et possédèrent la grande « ville aux portes d'or », vers l'époque indiquée par la seconde carte. Cependant, ainsi que nous l'avons vu à la fin ils durent, néanmoins, reculé devant le pouvoir croissant des Akkadiens à l'époque qui correspond à la troisième carte, il y a environ 100000 ans, les Akkadiens renversèrent définitivement le pouvoir des sémites.

La race Akkadienne.


Le lieu d'origine des Akkadiens ou de la sixième sous race est indiqué sur la carte numéro 4 (par le numéro six), car cette trace n'apparut qu'après la grande catastrophe d'il y a 800 000 ans. Elle prit naissance dans une contrée à l'est de l'Atlantide située à peu près au centre de la grande presqu'île donc l'extrémité sud-est s'étendait vers l'ancien continent. L'endroit peut être placé approximativement entre le 42e degré de latitude nord et le 10° degré de longitude Est. Cependant ils ne restèrent pas longtemps dans leur pays d'origine ; ils envahirent le continent de l'Atlantide, alors déjà diminué. Ils livrèrent plusieurs batailles aux sémites sur terre et sur mer et des flottes considérables ont été détruites de part et d'autre. Enfin, il y a 100 000 ans, les sémites furent complètement vaincues et une dynastie akkadienne installée dans l'ancienne capitale sémite régna avec sagesse sur la contrée pendant plusieurs centaines d'années. Ce fut un grand peuple commerçant, navigateur est colonisateur ; il établit plusieurs centres de communication avec les pays éloignés.
Cette sixième sous race fut beaucoup plus policière que celles qui l'avaient précédée. Commerçants et marins, ces peuples formèrent des communautés stables et adoptèrent naturellement une forme de gouvernement oligarchique.
Un très particulier système, dont Sparte offre seul un exemple dans les temps modernes, est le gouvernement qu'ils adoptèrent parfois où deux rois réunis dans une seule ville. L'observation des étoiles - provenant sans doute de leur goût pour les expéditions maritimes - devint leur occupation favorite. Aussi cette race fut-elle de grands progrès en astronomie et en astrologie.

La race Mongole.


La race Mongole, ou cinquième sous race, paraît avoir été la seule qui n'eut aucune relation avec le continent primitif. Originaire des plaines de la Tartarie (indiqués sur la deuxième carte dans le numéro sept), placé environ entre le 63e degré de latitude nord et des 140e degrés de longitudes est, cette race descendit directement de la race touranienne qu'elle remplaça graduellement dans la plus grande partie de l'Asie. Cette sous race multiplia énormément ; de même de nos jours, la majorité des hommes qui peuplent la terre s'y rattache, bien que plusieurs de ses branches soient si profondément colorées par le sang des races primitives qu'on peut à peine de distinguer entre elles.
Dans un aperçu aussi sommaire que celui-ci, il est impossible d'expliquer comment chaque sous race dans la suite s'est subdivisée en plusieurs nations, aucune de ces dernières ayant son type et ses caractéristiques.
Il est nécessaire de donner quelques explications sur le choix de ces noms.
Partout où les ethnologues modernes ont pu trouver des traces de l'une de ses sous race, reconnaître l'origine de quelques-unes d'entre elles, le nom qui leur a donné est employé pour la commodité du langage ; mais quant à ceux qui est des deux premières sous race, la science ne peut retrouver que très difficilement leur trace ; pour cette raison, on a adopté les noms par lesquelles ces races se désignaient d'elle-même.
Le peuple mongol fut supérieur à ses prédécesseurs immédiats, les Touraniens brutaux. Mais dans les vastes steppes de la Sibérie orientale, ils n'eurent jamais aucune relation avec le continent primitif; sous l'influence du milieu, ils devinrent nomades. Plus développés, sous le rapport psychique et religieux, que les touraniens dont il descendait, la forme de gouvernement à laquelle ils aspirèrent exigeait comme base un chef suprême, qui soit tout à la fois le maître du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel.

A suivre: Emigrations

Date de dernière mise à jour : 29/01/2012