La mutinerie des Anounnaki

Extrait du livre de Zecharia SITCHIN

Lorsqu’Enlil arriva lui-même sur Terre, on retira le "Commandement de la Terre" des mains d'Enki. C'est probablement alors que le nom (ou épithète) d'Enki fut changé en E.A ("Seigneur des Eaux") au lieu de "Seigneur de la Terre".

Les textes sumériens expliquent qu'au tout début de l'arrivée des dieux sur Terre, il fut décidé une séparation des pouvoirs : Anou devait rester dans les cieux et régner sur la Douzième Planète; Enlil devait diriger les terres; Enlil reçut la charge de l'AB.ZU (apsu en akkadien). Guidé par le sens de "aqueux" du nom Ea, les savants ont traduit AB.ZU par "profondeur aqueuse" avec l'idée que, comme dans la mythologie grecque, Enlil représentait le tonitruant Zeus, et qu'Ea était le prototype de Poséidon, dieu des Océans.

Dans d'autres cas, on mentionne le domaine d'Enlil comme Monde Supérieur et celui d'Ea est le Monde Inférieur; là encore, l'hypothèse des savants fut que les termes signifiaient qu'Enlil contrôlait l'atmosphère de la Terre pendant qu'Ea régnait sur les "eaux souterraines" — à savoir un dieu similaire à l'Hadès grec auquel, dit-on, les Mésopotamiens croyaient. Notre mot abysse (qui dérive de apsu) évoque des eaux dangereuses, sombres et profondes dans lesquelles on peut se noyer et disparaître. C'est pourquoi, lorsque les savants découvrirent les textes mésopotamiens décrivant le monde inférieur, ils le traduisirent par Unterwelt ("monde du dessous") ou Totenwelt ("monde des morts"). Ce n'est que depuis peu d'années que les sumérologues ont quelque peu atténué le caractère menaçant du terme en le traduisant par "Netherworld" ("monde inférieur").

Les textes mésopotamiens qui entraînèrent cette erreur d'interprétation se présentaient comme une série de liturgies déplorant la disparition de Doumouzi, que l'on connaît mieux à partir de textes cananéens ou bibliques tel Tammuz. C'est avec lui qu'Inanna/Ishtar vécut sa grande et célèbre histoire d'amour, et, lorsqu'il disparut, elle s'en fut le rechercher dans le Monde d'En-Bas.

Le volumineux Tammuz-Liturgen und Verwandtes de P. Maurus Witzel, un chef-d'œuvre sur les "textes Tammuz" sumériens et akkadiens n'a fait qu'aider à perpétuer l'erreur en question. Les épopées de la quête d'Ishtar y sont présentées comme un voyage "au royaume des morts suivi de son retour vers la terre des vivants".

Les textes sumériens et akkadiens décrivant la descente d'Inanna/Ishtar vers le Monde d'En-Bas nous disent que la déesse avait décidé de rendre visite à sa sœur « Éreshkigal», maîtresse des lieux. Ishtar n'y alla pas morte ou contre sa propre volonté, c'est vivante et sans invitation qu'elle s'y rendit, et s'introduisit de force en menaçant le gardien.

Si tu n'ouvres pas cette porte de sorte que je ne puisse entrer, J'abattrai cette porte, je ferai voler la serrure, J'abattrai le chambranle, j'ouvrirai les portes.

Ishtar se fit ouvrir l'une après l'autre les sept portes menant à la demeure d'Éreshkigal. Quand elle y parvint, Éreshkigal, surprise de sa présence fut folle furieuse (le texte akkadien dit "explosa en la voyant"). Le texte sumérien qui reste vague quant au but de ce voyage ou la cause de la colère d'Éreshkigal, révèle néanmoins qu’Inanna s'attendait à une telle réception. Elle avait pris la peine d'avertir les autres divinités principales de son voyage et de s'assurer qu'elles feraient en sorte de lui venir en aide, fût-elle emprisonnée dans le "Grand Au-Dessous".

L'époux d'Éreshkigal — et Seigneur du Monde d'En-Bas — était Nergal. La façon dont il arriva au Grand Au-Dessous et en devint le maître illustre, non seulement révèle la nature humaine des "dieux", mais dépeint aussi le Monde d'En-Bas comme tout sauf un "monde des morts".

Le récit trouvé dans plusieurs versions commence par un banquet dont Anou, Enlil, et Ea sont les invités d'honneur. Le banquet se tint "dans les cieux", mais pas dans la demeure d'Anou sur la Douzième Planète. Peut-être eut-il lieu à bord d'un vaisseau en orbite, car comme Éreshkigal ne pouvait pas monter les rejoindre, les dieux lui envoyèrent un messager qui "descendit le long escalier des cieux, atteignit la porte d'Éreshkigal". Ayant reçu l'invitation, Éreshkigal instruisit son conseiller, Namtar :

« Gravis, «Namtar», le long escalier des Cieux; Ôte le plat de la table, prends ma part; Quoi que Anou te donne, apporte le moi ».

Quand Namtar pénétra dans la salle de banquet, tous les dieux sauf "un dieu chauve, assis dans le fond" se levèrent pour l'accueillir. Namtar rapporta l'incident à Éreshkigal à son retour dans le Monde d'En-Bas. Tous les dieux inférieurs de son domaine prirent, comme elle, cette attitude pour une insulte. Elle exigea que lui fût envoyé le dieu coupable afin qu'il soit puni.

Or, il s'agissait de «Nergal», un des fils du grand Ea. Après une sévère réprimande de son père, Nergal fut enjoint de partir seul et avec, pour seule arme, une bonne mesure de conseils paternels sur la façon dont il devait se conduire. Quand Nergal arriva à la porte, Namtar le reconnut et le conduisit à la "grande cour d'Éreshkigal" où il dut subir plusieurs épreuves.

A un moment ou à un autre, Éreshkigal alla prendre son bain quotidien.

...elle montra son corps. Ce qui est normal pour l'homme et la femme, lui... dans son cœur... ils s'enlacèrent, passionnément se couchèrent.

Ils s'aimèrent sept jours et sept nuits. Dans le Monde d'En-Haut, l'alarme relative à la disparition de Nergal fut lancée. Libérez-moi, dit-il à Éreshkigal. "Je partirai et je reviendrai", promit-il. Mais il n'était pas plus tôt parti que Namtar alla trouver Éreshkigal et accusa Nergal de n'avoir aucune intention de revenir. Namtar fut derechef envoyé à Anou. Le message d'Éreshkigal était clair :

Moi, ta fille, j'étais jeune; Je n'ai pas connu le jeu des jeunes filles...

Ce dieu que tu m'envoyas, et avec lequel j'ai eu des rapports amoureux — Envoie-le moi, afin qu'il soit mon mari, Qu'il puisse habiter avec moi.

La vie de couple n'étant peut-être pas encore dans les idées de Nergal, celui-ci réunit une expédition militaire et défonça les portes d'Éreshkigal dans l'intention de "lui couper la tête". Mais Éreshkigal supplia :

« Sois mon mari et je serai ta femme. Je te laisserai régner sur les vastes terres du Monde d'En-Bas.

Je déposerai la Tablette de la Sagesse en tes mains. Tu seras Maître, je serai Maîtresse. »

Vint alors l'heureuse fin :

Quand Nergal entendit ses paroles, Il lui prit la main et l'embrassa, Lui essuya ses larmes :

« Ce que tu désires pour moi depuis des mois — ainsi soit-il ! »

Les événements de ce récit ne suggèrent pas une Terre des Morts. Bien au contraire, il s'agissait d'un lieu où les dieux pouvaient entrer et sortir, un endroit où l'on faisait l'amour, un endroit suffisamment important pour le placer entre les mains d'une petite-fille d'Enlil et d'un fils d'Enki. Reconnaissant que les faits ne viennent en rien appuyer la thèse première d'une région lugubre, W. F. Albright (Mesopotamian Elements in Canaanite Eschatology) suggéra que la demeure de Doumouzi dans le Monde d'En-Bas était "un domaine brillant et productif dans un paradis souterrain appelé l'"embouchure des rivières" qui correspondait avec la demeure d'Ea dans l'Apsu".

Cet endroit était éloigné et difficile d'accès, en quelque sorte une "zone interdite", mais certes pas un "lieu de non-retour". Tout comme Inanna, d'autres dieux importants y allèrent et en revinrent. Après qu'il eut violé Ninlil, Enlil fut, pendant un temps, banni dans l'Apsu. Et Ea faisait souvent l'aller-retour entre Éridou en Sumer et l'Abzu, apportant à l'Abzu le "savoir-faire d'Éridou" et il y installa pour lui-même un "somptueux sanctuaire".

Loin d'être un lieu sombre et désert, il fut décrit comme un lieu lumineux abondant d'eau vive.

Une terre riche, bien-aimée d'Enki; Regorgeant de richesses, d'une plénitude parfaite...

Dont le fleuve puissant court à travers tout le pays.

Nous avons vu de nombreuses représentations d'Ea, dieu des Eaux Vives. D'après les sources sumériennes, il est évident que ces eaux vives existaient — non pas en Sumer et sur les terres plates, mais dans le grand Monde d'En-Bas. B.F. Albright a attiré notre attention sur un texte traitant du Monde d'En-Bas comme étant la terre de UT.TU — "à l'ouest" de Sumer. Le texte raconte un voyage d'Enki vers l'Apsu.

Vers toi, Apsu, terre pure, Où les grands fleuves coulent vivement, Vers la Demeure des Eaux Vives

Le Seigneur se rend...

La Demeure des Eaux Vives Enki a établi dans les eaux pures; Au milieu de l'Apsu, Il a installé un grand sanctuaire.

Selon tous les écrits, cet endroit se trouvait au-delà d'une mer. Une complainte pour le "fils pur", le jeune Doumouzi, raconte qu'il fut emporté vers le Monde d'En-Bas sur un navire. Une "Complainte sur la destruction de Sumer" décrit comment Inanna réussit à se faufiler à bord d'un bateau en attente." Elle voyagea loin de ses biens. Elle descendit vers le Monde d'En-­Bas."

Un long texte, dont on ne possède aucune version complète, raconte une grande dispute entre Ira (le titre de Nergal en tant que seigneur du Monde d'En-Bas) et son frère Mardouk. Au cours de la dispute, Nergal quitta son domaine et alla affronter Mardouk à Babylone; Mardouk, en revanche, proféra cette menace : « Je descendrai dans l'Apsu, pour surveiller les Anoun­naki,... je lèverai mes armes enragées contre eux. » Pour at­teindre l'Apsu, il quitta la Terre de Mésopotamie et voyagea au-dessus "des eaux qui s'élevaient". Sa destination était Arali dans les "fondations" de la Terre et les textes laissent entrevoir clairement où se trouvaient ces "fondations" :

Dans la mer lointaine, 100 beru d'eau [plus loin]...

La terre d'Arali... C'est là où les Pierres Bleues rendent malade, Où l'artisan d'Anou porte la Hache d'Argent qui luit comme le jour.

Le beru, à la fois unité de mesure d'espace et de temps, fut probablement utilisé à cette dernière fin au cours des voyages en mer. Il représentait alors une heure double, c'est-à-dire que cent beru sont deux cents heures de navigation. Nous ne pouvons, en aucune manière, déterminer la vitesse moyenne de navigation utilisée dans ces anciens calculs de distances. Mais il ne fait aucun doute que, après un voyage de plus de 3 000 ou 5 000 km, on atteignait une terre réellement éloignée.

Les textes indiquent qu’Arali se situait à l'ouest et au sud de Sumer. Un bateau voyageant de 3 000 à 5 000 km vers le sud-ouest par rapport au golfe Persique ne pouvait avoir qu'une seule direction possible : les côtes du sud de l'Afrique.

Seule, une telle conclusion peut expliquer le terme Monde d'En-Bas, signifiant l'hémisphère sud où se trouvait la terre d'Arali — tout comme le Monde d'En-Haut était l'hémisphère nord où se trouvait Sumer. Une telle division des hémisphères terrestres entre Enlil (nord) et Ea (sud) coïncide avec le concept des cieux du nord comme étant la Voie d'Enlil et des cieux du sud comme étant la Voie d'Ea.

La faculté des Néfilim à entreprendre des voyages interplanétaires, à se mettre en orbite autour de la Terre et à s'y poser devrait permettre d'éviter la question de savoir si, outre la Mésopotamie, ils connaissaient l'Afrique australe. De nombreux sceaux cylindriques représentant des animaux typiques de ces régions (tels que le zèbre ou l'autruche), des scènes de jungle, ou des chefs portant, selon la tradition africaine, des peaux de léopard, témoignent de l'existence d'un "rapport avec l'Afrique".

Quel intérêt pouvait avoir eu les Néfilim à cette partie de l'Afrique pour y avoir envoyé leur génie scientifique Ea, et avoir accordé aux dieux importants responsables de cette région la "Tablette de la Sagesse" qui n'existait qu'en un seul exemplaire ?

Le terme sumérien AB.ZU, dont le sens "profondeur d'eau" fait l'unanimité parmi les savants, mérite une nouvelle analyse critique. Littéralement, ce terme signifiait "source profonde originelle" — pas nécessairement d'eau. Selon les règles de la grammaire sumérienne, l'une ou l'autre de deux syllabes de n'importe quel terme peut passer devant l'autre sans changer le sens du mot; en conséquence de quoi AB.ZU et ZU.AB signi­fiaient la même chose. Cette dernière orthographe du terme sumérien permet de l'identifier à son équivalent dans les langues sémites, za-ab, qui a toujours signifié et signifie encore "métal précieux", plus spécifiquement "or", en hébreu et ses langues sœurs.

Le pictographe sumérien pour AB.ZU représente une pro­fonde excavation dans la Terre surmontée d'un puits. Ainsi, Ea n'était pas le Seigneur d'une "profondeur d'eau" infinie, mais le dieu chargé de l'exploitation des minéraux de la Terre !

En fait, le grec abyssos, emprunté à l'akkadien apsu, signifiait également un trou extrêmement profond dans le sol. Les manuels akkadiens expliquaient que "apsu est nikbu"; le sens de ce mot et celui de son équivalent hébreu nikba est très précis : une tranchée ou un forage profond fait par l'homme.

 ab-zu.gif

P. Jensen (Die Kosmologie der Babylonien) fit observer en 1890 que le terme akkadien très courant Bit Nimiku devrait être traduit non pas par "maison de la sagesse" mais "maison de la profondeur". Il cita un texte (V.R. 30, 49-50ab) qui dit : "C'est de Bit Nimiku que viennent l'or et l'argent." Il fit remarquer qu'un autre texte (III R 57,35ab) expliquait que le nom akkadien "déesse Shala de Nimiki" était la traduction de l'épithète sumérien "déesse qui donne le Bronze Brillant". Le terme akkadien de nimiku, que l'on traduit par "sagesse" a un "rapport avec les métaux". Telle est la conclusion de Jensen. Mais à la question : « Pourquoi ? », il répondit tout simplement : « Je ne sais pas. »

Certains hymnes mésopotamiens dédiés à Ea l'exaltent sous le nom de Bel Nimiki traduit "Seigneur de la Sagesse"; mais la traduction correcte devrait être assurément "Seigneur de la Mine". De même que la Tablette des Destinées à Nippour contenait des données orbitales, il s'ensuit que la Tablette de la Sagesse confiée à Nergal et Éreshkigal était en fait une "Tablette de la Mine", une "banque de données" concernant les opérations minières des Néfilim.

Seigneur de l'Abzu, Ea était là, aidé par son fils, le dieu GI.BIL ("celui qui brûle le sol"), qui dirigeait le feu et la fonte des métaux. Forgeron de la Terre, il est généralement représenté tel un jeune dieu aux épaules rayonnantes d'étincelles de feu jaillissant ou s'enfonçant dans le sol. Les textes confirment que Gibil fut introduit à la "sagesse" par Ea, c'est-à-dire qu'il lui apprit les techniques minières.

Les minerais de métal extraits par les Néfilim en Afrique étaient ramenés en Mésopotamie à bord de cargos construits à cet effet les MA.GUR UR.NU AB.ZU ("bateau pour le minerai du Monde d'En-Bas"). Là, le minerai était amené à Bad-Tibira dont le nom signifiait littéralement la "fondation de la métallurgie". Une fois fondu et raffiné, le métal était coulé en lingots dont la forme resta la même dans toute l'Antiquité pendant des millénaires. On a retrouvé de tels lingots en de nombreux lieux lors de fouilles au Proche-Orient, ce qui, par ailleurs, confirme l'exactitude des pictographes sumériens représentant les objets qu'ils "exprimaient"; le signe sumérien pour le terme ZAG ("purifié précieux") est un de ces lingots. Dans les premiers temps, il comportait un trou creusé dans sa longueur pour passer une perche qui servait à le transporter.

 gi-bil.gif

zag.gif

Le dieu des Eaux Vives était souvent représenté flanqué des porteurs de lingots de métal précieux, indiquant qu'il était également Seigneur de la Mine.

 a-ra-li.gif

Les noms et épithètes divers de la Terre Africaine des Mines d'Ea contiennent de nombreux indices qui nous renseignent sur son emplacement et sa nature. Elle était connue sous le nom d’A.RA.LI ("lieu des filons brillants"), la terre d'où viennent les minerais métalliques. Inanna, préparant sa descente vers l'hé­misphère sud, parlait de cet endroit comme étant une région où "le métal précieux est couvert de terre" — où on le trouve sous terre. Un texte rapporté par Erica Reiner, dressant la liste des montagnes et des rivières du monde sumérien, déclarait : "Mont Arali : maison de l'or"; et un texte morcelé décrit par H. Radau corrobore que Arali était la terre dont dépendait Bad-Tibirou pour la bonne continuation de ses opérations.

Les textes mésopotamiens décrivaient la Terre des Mines comme une terre montagneuse, assortie de plateaux et de steppes herbeux, à la végétation débordante. La capitale d'Éreshkigal dans cette terre était sise, d'après les textes sumé­riens, dans le GAB.KUR.RA ("dans le coeur des montagnes"), bien à l'intérieur des terres. Dans la version akkadienne du voyage d'Ishtar, la gardien de la porte l'accueille ainsi :

Entre, ma dame, Que Kutu se réjouisse de ta venue; Que le palais de la terre de Nugia Se félicite de ta venue.

KU.TU, dont le sens en akkadien est "celui qui est au cœur des terres", dans son sumérien d'origine signifiait aussi "les hautes terres lumineuses". C'était, comme tous les textes l'indiquent, une terre aux jours très clairs, baignée de soleil. Les termes sumériens pour or (KU.GI "lumineux sorti du sol") et argent (KU.BABBAR "or brillant") conservaient l'association origi­nelle des métaux et précieux avec le domaine lumineux (ku) d'Éreshkigal.

Les signes pictographiques utilisés dans la première écriture de Sumer dévoilent la bonne connaissance de procédés métal­lurgiques divers mais aussi le fait que l'origine des métaux se trouvait dans les mines profondément creusées sous terre. Les termes pour cuivre et bronze ("belle pierre brillante", l'or ("le suprême métal extrait") ou "raffiné" (brillant purifié) étaient tous des variantes picturales

 cuivre-or-raffine.gif

Le nom de la Terre — Arali — pouvait également s'écrire comme une variante du pictographe "rouge foncé" (sol) de Kush ("rouge foncé"), signifiant au début les métaux qui en étaient extraits, mais aussi plus tard "Nègre". Tous ces pictographes décrivaient des variantes du puits de mine.

 variantes-puit-de-mine.gif

Les nombreuses références à l'or et aux autres métaux dans les anciens textes impliquent une bonne connaissance de la métallurgie dès les premiers temps. Un commerce florissant des métaux existait au tout début de la civilisation. Celui-ci, nous disent les textes, résultait du savoir que les hommes avaient hérité des dieux qui avaient commencé l'exploitation des mines et de la métallurgie bien avant l'apparition de l'homme. De nombreuses études qui mettent en corrélation les contes divins mésopotamiens et la liste biblique des patriarches prédiluviens, notent que, selon la Bible, Tubal Cain était un "faiseur d'or, de cuivre et de fer" bien avant le Déluge.

L'Ancien Testament reconnaît que la Terre d'Orphir, qui se trouvait probablement quelque part en Afrique, était une source d'or dans l'Antiquité. Les convois de bateaux du roi Salomon faisaient route jusqu'à la mer Rouge à partir d’Ézion-Geber (aujourd'hui Elath). "Et ils allèrent à Ophir et en ramenèrent de l'or." Ne voulant pas risquer de retarder la construction du temple du Seigneur à Jérusalem, Salomon s'entendit avec son allié, Hiram, roi de Tyr, pour envoyer par une autre route, une deuxième flotte à Ophir :

Et le roi avait en mer une flotte de «Tarshish» avec une flotte d'Hiram. Une fois tous les trois ans arrivait la flotte de Tarshish, qui apportait de l'or et de l'argent, de l'ivoire et des singes grands et petits.

Il fallait à la flotte de Tarshish trois ans pour revenir de sa destination. En comptant le temps nécessaire au chargement du bateau à Ophir, le voyage dans les deux directions devait durer plus d'un an. Cela laisse supposer que leur route était beaucoup moins directe que celle passant par la mer Rouge et l'océan Indien — en fait, la circumnavigation de l'Afrique.

 circumnavigation.gif

La plupart des savants situent Tarshish en Méditerranée occidentale, peut-être au détroit de Gibraltar, ou près de celui-ci. C'eût été un endroit idéal pour entreprendre un voyage autour du continent africain. D'aucuns pensent que le nom de Tarshish signifiait "fonderie".

De nombreux experts bibliques ont suggéré qu'Ophir serait la Rhodésie actuelle. Z. Herman (Peoples, Seas, Ships) a rassemblé les preuves d'après lesquelles les Égyptiens se procuraient, dès les premiers temps, de nombreux minerais de Rhodésie. Les ingénieurs des mines prospectant en Rhodésie ainsi qu'en Afrique du Sud ont souvent retracé l'or en découvrant des mines préhistoriques.

Comment accédait-on à la demeure d'Éreshkigal qui se trouvait dans les terres ? Comment les minerais furent-ils transportés du "cœur de la terre" aux ports côtiers ? Lorsque l'on sait l'importance qu'avait la navigation fluviale chez les Néfilim, on ne s'étonne pas de découvrir un grand fleuve navigable dans le Monde d'En-Bas. Le conte de "Enlil et Ninlil" nous informe qu’Enlil fut envoyé en exil dans le Monde d’ En-Bas. Lorsqu’il eut atteint la terre, on lui fit traverser un large fleuve sur un bac.

Un texte babylonien traitant des origines et de la destinée de l'humanité nomme le fleuve du Monde d'En-Bas, le fleuve « Habur », le. "Fleuve des Poissons et des Oiseaux". Certains textes sumériens le surnommèrent la Terre de Éreshkigal, le "Pays Prairie de HA.BUR".

Des quatre grands fleuves d'Afrique, le Nil se jette dans la Méditerranée; le Congo et le Niger dans l'océan Atlantique à l'ouest, et le Zambèze prend sa source au cœur de l'Afrique, puis son cours décrit un demi-cercle vers l'est jusqu'à la côte orientale. Il offre un large delta propre à l'installation de ports; il est navigable sur plusieurs centaines de km à l'intérieur des terres.

Le Zambèze était-il le "Fleuve des Oiseaux et des Poissons" du Monde d'En-Bas ? Ses chutes d'eau majestueuses de Victoria étaient-elles celles citées dans un texte, au lieu même de la capitale d'Éreshkigal ?

Sachant que bon nombre des sites miniers "nouvellement découverts" en Afrique du Sud avaient déjà été exploités dans l'Antiquité, la compagnie Anglo-Américaine Co. fit venir des archéologues pour examiner ces lieux avant que les machines modernes ne commencent à effacer toute trace de travaux anciens. Dans leur article publié par le magazine Optima, Adrian Boshier et Peter Beaumont déclarèrent avoir découvert plusieurs couches superposées attestant des activités minières datant de la préhistoire, ainsi que des restes humains. A l'Université de Yale (USA) et à l'Université de Groningen (Hollande), grâce à la datation au carbone 14, l'âge de ces artefacts fut fixé d'un plausible 2.000 av. J.-C. au surprenant 7.690 av. J.-C.

Intrigués par l'ancienneté inattendue de ces vestiges, l'équipe développa l'aire de ses fouilles. A la base d'une falaise sur les raides versants occidentaux de Lion Peak, un bloc d'hématite de 5 tonnes obstruait l'entrée d'une caverne. Des restes de charbon de bois trouvés dans cette caverne permirent de dater les exploitations minières de 20.000 à 26.000 av. J.-C.

Existait-il des mines pour en extraire des métaux au début de l'âge de la pierre ? Incrédules, les savants creusèrent un puits à un endroit où, apparemment, les anciens mineurs avaient commencé leurs opérations : ils y trouvèrent un échantillon de charbon de bois qui fut envoyé pour datation au laboratoire de Groningen : 41.250 av. J.-C. avec une erreur de plus ou moins 1.600 ans !

Les chercheurs d'Afrique du Sud explorèrent des sites de mines préhistoriques au sud du Swaziland. Ils trouvèrent des brindilles, des feuilles, de l'herbe et même des plumes à l'intérieur des cavernes ayant connu une exploitation minière — tout cela fut vraisemblablement apporté par les anciens mineurs pour couvrir le sol. Au niveau correspondant à 35.000 av. J.-C., ils trouvèrent des os gravés d'encoches qui "indiquent que l'homme savait compter à cette époque si éloignée". D'autres restes situaient l'âge des artefacts aux environs de 50.000 av. J.-C.

Pensant que "l'âge véritable du commencement de l'extraction minière en Swaziland se situait dans les parages de 70.000 à 80.000 av. J.-C.", les deux scientifiques en conclurent que "le sud de l'Afrique... aurait très bien pu être au premier plan des inventions technologiques et des innovations pendant la majeure partie de la période qui suivit 100.000 av. J.-C.".

Le Dr. Kenneth Oakley, anthropologue, ancien directeur du musée d'Histoire naturelle de Londres, adressant ses commentaires sur les découvertes y vit une signification très différente. "Cela apporte un éclaircissement important sur les origines de l'homme... il est à présent possible que le sud de l'Afrique ait été le foyer évolutionnaire, le 'lieu de naissance' de l'homo sapiens."

Comme nous le démontrerons, ce fut en fait là que l'Homme moderne apparut sur Terre, à la suite d'une série d'événements provoqués par les dieux à la recherche des métaux.

Que ce soit les écrivains de science-fiction ou les scientifiques, tous ont suggéré qu'une bonne raison pour établir des colonies sur d'autres planètes ou sur des astéroïdes pouvait être la disponibilité de minéraux rares sur ces corps célestes, des minéraux trop peu présents ou trop coûteux pour les extraire de la Terre. Ce même but aurait-il pu être celui des Néfilim qui colonisèrent la Terre ?

Les savants modernes divisent les activités de l'homme sur Terre en âge de la pierre, âge du bronze, âge du fer, etc.; cependant, dans l'Antiquité, le poète grec Hésiode, par exemple, répertoria cinq âges — or, argent, bronze, héroïque et fer. Mis à part l'âge héroïque, toutes les anciennes traditions s'accordent sur la séquence or-argent-cuivre-fer. Le prophète Daniel eut une vision dans laquelle il vit une "grande image" avec une tête en or fin, une poitrine et des bras d'argent, un ventre d'airain, des jambes de fer et des extrémités, ou des pieds, d'argiles.

Les mythes et le folklore, de nébuleuses mémoires de l'âge d'or abondent, pour la plupart associés aux temps où les dieux parcouraient la Terre, suivi de l'âge de l'argent, puis des époques où les dieux et les hommes se partageaient la Terre — l'âge des héros, du cuivre, du bronze et du fer. Ces légendes sont-elles, en fait, de vagues réminiscences d'événements qui eurent bel et bien lieu sur Terre ?

L'or, l'argent et le cuivre sont tous trois des éléments naturels appartenant au groupe de l'or. De par leur masse atomique et leur nombre, ils sont tous dans la même famille de classification périodique; ils ont une cristallographie ainsi que des propriétés physiques et chimiques semblables. Tous sont tendres, malléables, et ductiles. De tous les éléments connus, ce sont les meilleurs conducteurs de chaleur et d'électricité.

Parmi les trois, l'or est le plus durable, pour ainsi dire indestructible. Quoique son usage en pièces de monnaie, en bijouterie et artefacts raffinés soit mieux connu, il est pratiquement indispensable à l'industrie électronique. Une société d'un haut degré technologique a besoin d'or pour les assemblages micro-électroniques, les circuits de guidage et les "cerveaux" d'ordinateur.

On peut retracer l'engouement de l'homme pour l'or aux origines de sa civilisation et de sa religion — à ses contacts avec les anciens dieux. Les dieux de Sumer exigeaient que la nourriture leur soit servie sur des plateaux en or, l'eau et le vin dans des récipients d'or, et qu'ils soient vêtus d'habits tissés d'or. Bien que les Israélites aient quitté l'Égypte dans une hâte telle qu'ils n'eurent point le temps de faire lever leur pain, ils reçurent l'ordre de demander aux Égyptiens tous leurs objets disponibles en or et en argent. Ce commandement, comme nous le découvrirons plus tard, annonçait le besoin de ces matériaux pour construire le Tabernacle et son attirail électronique.

L'or, que nous appelons métal royal, était en fait le métal des dieux. En parlant du prophète «Haggai», le Seigneur précisa clairement, en relation avec son retour pour juger les nations : "L'argent est mien et l'or est mien."

L'évidence suggère que l'engouement de l'homme pour ces métaux a pour origine le grand besoin d'or des Néfilim. Il semble que les Néfilim vinrent sur Terre pour l'or et les métaux associés. Ils vinrent peut-être aussi pour d'autres métaux rares — tels que le platine (abondant en Afrique australe), qui permet de créer des batteries, source d'énergie extraordinaire.

On ne doit pas non plus ignorer la possibilité qu'ils vinrent sur Terre pour trouver des sources de minerais radioactifs, tels que l'uranium et le cobalt — "les pierres bleues qui rendent malades" du Monde d'En-Bas, décrites dans certains textes. La plupart des dessins montrent Ea — Dieu de la Mine — émettant des rayons si puissants à sa sortie d'une mine que les dieux qui l'assistent doivent porter des écrans protecteurs; dans toutes ces illustrations, Ea est représenté tenant une scie à pierre de mineur.

 ea-dieu-mine.jpg

Bien que Enki ait été responsable du premier groupe qui avait atterri et du développement de l'Abzu, il ne faut pas lui donner crédit pour tout ce qui fut accompli — tel doit être le cas pour tous les généraux. Ceux qui, en fait, réalisèrent les travaux, jour et nuit, étaient les membres de rang inférieur du groupe de colonisateurs, les Anounnaki.

Un texte sumérien décrit la construction du centre d'Enlil à Nippour. "Les Annuna, dieux du Ciel et de la Terre, travaillent. La hache et le panier-porteur, avec lesquels ils construisent les fondations des villes, ils tiennent dans leurs mains."

Les textes anciens décrivent les Anounnaki comme des dieux subalternes ayant fait partie de la colonisation de la Terre — les dieux "qui accomplissaient les tâches". "L'Épopée de la Création" babylonienne attribue à Mardouk le rôle d'assigner les tâches aux Anounnaki (nous pouvons présumer en toute sécurité que, dans la version originale sumérienne, Enlil était le dieu nommé pour commander ces astronautes).

Affectés à Anou, pour écouter ses ordres, Il en stationna trois cents dans les cieux comme gardes; afin de, à partir des Cieux, définir les usages de la Terre; Et, sur Terre, Il en fit installer six cents. Après qu'il leur eut donné toutes ses instructions, aux Anounnaki du Ciel et de la Terre il assigna les tâches.

Les textes dévoilent que trois cents d'entre eux — "les Anounnaki du Ciel" ou Igigi — étaient de véritables astronautes qui restèrent sur leur vaisseau spatial sans, en fait, se poser sur Terre. En orbite autour de la Terre, ces vaisseaux lançaient et recevaient les navettes spatiales qui allaient et venaient de la Terre.

Shamash, chef des "aigles" était un invité bienvenu et héroïque à bord de la "toute-puissante grande chambre des cieux" des Igigi. Un "Hymne à Shamash" décrit comment les Igigi observaient Shamash qui s'approchait dans sa navette :

Lors de tes apparitions, tous les princes se réjouissent; Tous les Igigi se réjouissent de toi... Dans l'éclat de ta lumière, leur voie... Ils cherchent constamment ton rayonnement... Grande ouverte est ta porte, entièrement... Les offrandes de pain de tous les Igigi [t'attendent].

Du fait que les Igigi demeuraient dans les hauteurs, apparemment les hommes ne les auraient jamais rencontrés. Certains textes mentionnent qu'ils se trouvaient "trop haut pour l'homme" et qu'en conséquence "ils n'étaient pas concernés par le peuple". Par ailleurs, les Anounnaki qui atterrirent et demeurèrent sur Terre étaient connus et vénérés des hommes. Les textes déclarent que "les Anounnaki des Cieux... sont 300" et aussi que "les Anounnaki de la Terre... sont 600".

Cependant, beaucoup de textes continuent à se référer aux Anounnaki comme les "cinquante grands princes". Une orthographe courante de leur nom en akkadien, An-nun-na-ki se rend aisément par "les cinquante qui allèrent (des Cieux) à la Terre". Y a-t-il une manière de résoudre la contradiction apparente ?

Nous nous souvenons du texte racontant comme Mardouk s'empressa auprès de son père Ea pour lui annoncer la perte du vaisseau qui transportait les "Anounnaki au nombre de cinquante", lorsque celui-ci passa près de Saturne. Un texte d'exorcisme de l'époque de la IIIe dynastie d'Our parle des anunna eridu ninnubi ("les cinquante Anounnaki de la ville d'Éridou"). Cela indique fortement que le groupe de Néfilim qui furent les fondateurs d'Éridou sous le commandement d'Enki étaient au nombre de cinquante. Le nombre de Néfilim dans chaque équipe d'atterrissage était-il de cinquante ?

Nous pensons qu'il est tout à fait plausible que les Néfilim arrivassent sur Terre en groupe de cinquante. Ils arrivèrent plus nombreux lorsque les visites des Néfilim à la Terre se régularisèrent, coïncidant de manière opportune avec les temps de lancement adéquats à partir de la Douzième Planète. A chaque voyage, certains de ceux qui étaient arrivés auparavant mon­taient à bord d'un module terrestre pour rejoindre le vaisseau spatial afin de retourner chez eux. Mais, à chaque fois, plus de Néfilim demeuraient sur Terre et le nombre d'astronautes de la Douzième Planète qui restèrent pour coloniser la Terre passa du groupe initial des cinquante aux "600 qui s'installèrent sur Terre".

Comment les Néfilim espéraient-ils accomplir leur mission — extraire de la Terre les minéraux convoités et expédier les lingots à la Douzième Planète — avec une main-d'œuvre si peu importante ?

Ils se servirent, sans aucun doute, de leurs connaissances scientifiques. C'est là que toute la valeur d'Enki prend son sens — la raison pour que ce soit lui, et non Enlil, le premier à atterrir, la raison de sa fonction dans l'Abzu.

 ea-eaux-vives.gif

Un sceau très connu car exposé au musée du Louvre dépeint Ea avec ses habituelles eaux vives; cependant les eaux semblent émaner ou être filtrées à travers une série d'éprouvettes de laboratoire. Une aussi ancienne interprétation de l'association d'Ea avec les eaux laisse supposer que le premier espoir des Néfilim était d'extraire leurs minéraux de la mer. Les eaux des océans contiennent certes de vastes quantités d'or et d'autres minéraux vitaux, mais ils sont tellement dilués que des techniques hautement sophistiquées et bon marché sont nécessaires pour justifier l'extraction "minière des eaux". Il est bien connu que les lits des mers contiennent d'immenses quantités de minéraux en forme de nodules de la taille d'une prune — disponibles pour qui peut les atteindre et les ramasser.

Les textes anciens font continuellement allusion à un type de bateau dont se servaient les dieux, appelé elippu tebiti ("bateau submergé" — ce que nous appelons à présent sous-marin —). Nous avons vu les "hommes-poissons" qui étaient sous les ordres d'Ea. Est-ce là une preuve qu'il y eut des tentatives pour plonger dans les profondeurs de l'océan et recouvrir ces richesses minérales ? Nous avons déjà remarqué que la Terre des Mines était appelée auparavant A.RA.LI. — "lieu des eaux des filons brillants", ce qui pourrait vouloir signifier une terre d'où l'or pouvait être extrait à la battée dans les rivières; cette expression pourrait également constituer une référence aux efforts déployés pour obtenir l'or des mers.

Si tels étaient les projets des Néfilim, apparemment ils n'aboutirent pas, car peu de temps après qu'ils eurent établi leur première colonie, une tâche imprévue et des plus dures fut confiée aux Anounnaki : descendre dans les profondeurs de la terre africaine pour y extraire les minéraux nécessaires.

 ea-gibil.gif

Des illustrations trouvées sur des sceaux rouleaux représentent les dieux placés près de ce qui pourrait être des entrées de mines ou des puits de mines; l'une montre Ea dans une terre où Gibil se trouve au-dessus du sol et un autre dieu travaille sous terre, à quatre pattes.

A une époque postérieure, des textes babyloniens et assyriens révèlent que des hommes — jeunes ou âgés — furent condam­nés aux travaux forcés dans les mines du Monde d'En-Bas. Travaillant dans le noir et ayant la poussière pour nourriture, ils étaient voués à ne jamais retourner chez eux. Là réside la raison pour laquelle l'épithète sumérien pour la région — KUR.NU.GI.A. — fut interprété comme "terre du non-retour"; sa signifi­cation littérale était "terre où les dieux-qui-travaillent dans de profonds tunnels entassent [les minerais]". L'époque où les Néfilim colonisèrent la Terre, toutes les sources anciennes l'affirment, était un temps où l'homme n'existait pas encore; et en l'absence de l'humanité, le petit nombre d'Anounnaki durent peiner dans les mines. Ishtar, lors de la descente dans le Monde d'En-Bas, décrivit les Anounnaki travaillant dur, mangeant de la nourriture mélée à l'argile et buvant de l'eau impure, souillée de poussière.

Avec une telle situation, nous pouvons très bien comprendre le texte d'une longue épopée intitulée (d'après son premier vers, comme c'était la coutume) : "Lorsque les dieux, comme des hommes, devaient travailler."

Rassemblant les nombreux fragments des versions à la fois babyloniennes et assyriennes, W. G. Lambert et A. R. Millard (Atra-Hasis : The Babylonien Story of the Flood) purent présenter un texte entier. Ils arrivèrent à la conclusion qu'il était issu de versions sumériennes plus anciennes et, peut-être même, des premières traditions orales concernant l'arrivée des dieux sur Terre, la création de l'homme et sa destruction par le déluge.

 

Alors que, pour leurs traducteurs, beaucoup de ces vers n'ont qu'une valeur littéraire, nous les trouvons très significatifs car ils viennent étayer nos découvertes et nos conclusions des chapitres précédents. Ils expliquent aussi les circonstances qui incitèrent les Anounnaki à se mutiner.

L'histoire commence à l'époque où, seuls, les dieux vivaient sur Terre :

Lorsque les dieux, comme des hommes, avaient la charge du travail et souffraient dans leur labeur — le labeur des dieux était très grand, le travail était très dur, la détresse était énorme.

En ce temps, raconte l'épopée, les divinités principales avaient déjà partagé le commandement :

Anou, père des Anounnaki, était leur roi Céleste; Leur Seigneur Chancelier était le guerrier Enlil.

Leur officier Chef était Ninourta, Et leur Garde des Sceaux était Ennougi.

Les dieux s'étaient pris par les mains, Avaient tiré au sort et divisé.

Anou avait rejoint le ciel, [Laissé] la Terre à ses sujets.

Les mers, enfermées comme par une boucle, Il les avait données à Enki, le prince.

Sept villes furent établies, le texte se réfère aux sept Anounnaki qui furent les commandants des villes. La discipline dut être stricte, car le texte nous précise : "Les sept grands Anounnaki faisaient porter la charge du travail aux dieux subalternes."

Parmi toutes leurs tâches, il semble que celle de creuser était la plus courante, la plus rude et la plus détestée. Les dieux subalternes creusèrent le lit des rivières pour les rendre navigables; ils creusèrent des canaux pour l'irrigation, et ils creusèrent dans l'Apsu pour extraire les minéraux de la Terre. Bien qu'ils aient possédé, sans aucun doute, quelques outils très perfectionnés — les textes parlent de la "hache d'argent qui brillait comme le jour", même sous terre — le travail était trop asservissant. Pendant longtemps — quarante "périodes" pour être exact — les Anounnaki "subirent ce dur labeur"; et puis ils crièrent : Plus jamais !

Ils se plaignaient, médisaient, Bougonnaient dans les tranchées.

Il semblerait qu'une visite d'Enlil au pays des mines ait catalysé la mutinerie. Saisissant l'occasion, les Anounnaki se dirent :

Confrontons notre... l'Officier-Chef, Qu'il nous soulage de notre dur travail.

Le roi des dieux, le héros Enlil, Effrayons-le dans sa demeure !

Un meneur ou un organisateur de la mutinerie fut vite trouvé. Il était "l'officier principal de l'ancien temps" qui devait garder rancune à son successeur. Son nom est malheureusement absent car la tablette est brisée, mais son discours incitateur est explicite :

« Maintenant, proclamons la guerre; Conjuguons hostilités et batailles. »

La description de la mutinerie est si vivante qu'elle évoque des scènes de la prise de la Bastille :

Les dieux écoutèrent ses paroles Ils mirent le feu à leurs outils; A leurs haches ils mirent le feu; Ils affligèrent le dieu des mines dans les tunnels; Ils [le] détinrent avec eux lorsqu'ils allèrent à la porte du héros Enlil.

Grâce au poète ancien, le drame et la tension dans le déroulement des événements renaissent :

Il faisait nuit, la garde de nuit à moitié écoulée. Sa maison était entourée - mais le dieu, Enlil, ne le savait pas. « Kalkal » [ensuite] le remarqua, fut troublé. Il glissa le verrou et regarda...

Kalkal réveilla « Nusku »; ils écoutèrent le bruit de... Nusku réveilla son seigneur — il le sortit du lit, [lui disant] :

« Mon seigneur, ta maison est entourée, la bataille est arrivée jusqu'à ta porte. »

La première réaction d'Enlil fut de prendre les armes contre les mutins. Mais Nusku, son chancelier, conseilla de faire réunir le conseil des dieux :

« Transmettez un message afin qu'Anou descende; Faites conduire Enki en votre présence. »

Il le transmit et Anou fut transporté en bas; Enki fut aussi conduit en sa présence.

En la présence du grand Anounnaki, Enlil se leva... ouvrit la bouche Et s'adressa aux grands dieux.

Prenant la mutinerie personnellement à cœur, Enlil exigea de savoir :

 

« Est-ce contre moi que tout cela est dirigé ? Dois-je m'engager dans des hostilités...? Qu'ai-je vu de mes propres yeux ? Cette bataille est venue jusqu'à ma porte ! »

Anou proposa qu'une enquête soit faite. Couvert par l'autorité d'Anou et des autres commandants, Nusku se rendit au campement des mutins. « Qui est l'instigateur de la bataille ? », demanda-t-il. « Qui est le provocateur des hostilités ? »

Les Anounnaki firent front commun :

« Chaque dieu parmi nous a déclaré la guerre ! Nous avons nos... dans les excavations; Le labeur excessif nous a tués, Notre travail était rude, et grande la détresse ».

Lorsqu’Enlil écouta le rapport de ces revendications que lui fit Nusku, "ses larmes coulèrent". Il présenta un ultimatum : ou bien le chef des mutins serait exécuté, ou bien il démissionnait lui-même. « Reprenez le poste, reprenez votre pouvoir », dit-il à Anou, « et je monterai aux cieux vers vous ». Mais Anou, qui était descendu des Cieux, prit parti pour les Anounnaki :

« De quoi les accusons-nous ? Leur travail est dur, leur détresse excessive ! Tous les jours...

Les lamentations étaient grandes, nous pouvions entendre leur complainte ! »

Encouragé par les paroles de son père, Ea aussi "ouvrit la bouche" et répéta la sommation d'Anou. Mais il offrit une solution : Qu'un lulu, un "Travailleur Primitif" soit créé !

« Puisque la Déesse des Naissances est présente, Qu'elle crée un Travailleur Primitif; Qu'il subisse le joug... Qu'il porte le labeur des dieux ! »

La proposition qu'un "Travailleur Primitif" soit créé afin qu'il puisse prendre le fardeau de travail des Anounnaki fut acceptée sur le champ. Les dieux votèrent à l'unanimité la création du "Travailleur". «Homme sera son nom», dirent-ils :

Ils appelèrent et firent venir la déesse, La sage-femme des dieux, la sage « Mami », [et lui dirent :]

« Tu es la déesse des Naissances, crée des Travailleurs ! Crée un Travailleur Primitif, Qu'il prenne le joug ! Qu'il prenne le joug attribué par Enlil, Que le Travailleur porte le labeur des dieux » !

Mami, la mère des dieux dit qu'elle avait besoin de l'aide d'Ea, "en qui se trouve l'habileté". Dans la Maison de Shimti, un lieu ressemblant à un hôpital, les dieux attendaient. Ea aida à préparer la mixture à partir de laquelle la déesse mère se mit à façonner l'"homme". Des déesses de naissance étaient présentes. La déesse mère continua à travailler pendant que des incantations furent sans cesse récitées. Puis elle s'écria triomphalement :

« J'ai créé ! Mes mains l'ont fait! »

Elle "fit venir les Anounnaki; les grands dieux... elle ouvrit la bouche, s'adressa aux grands dieux" :

« Vous m'avez commandé une tâche - Je l'ai achevée... J'ai supprimé votre dur travail J'ai imposé votre labeur au Travailleur "Homme".

Vous avez poussé un cri pour une espèce de Travailleur : J'ai détaché le joug, Je vous ai donné votre liberté. »

C'est avec enthousiasme que les Anounnaki reçurent sa déclaration. "Ils accoururent et lui baisèrent les pieds". A partir de maintenant, le Travailleur Primitif — l'Homme — "portera le joug".

Les Néfilim, étant arrivés sur Terre pour y installer leurs colonies, avaient créé leur propre forme d'esclavage, non pas en important des esclaves d'un autre continent, mais avec des Travailleurs Primitifs qu'ils façonnèrent eux-mêmes.

La mutinerie des dieux avait conduit à la création de l'Homme.

A SUIVRE: La création de l'Homme

Date de dernière mise à jour : 22/07/2012